vendredi 16 mai 2008

Parce que j'avais pas encore publié de photo perso...


59 commentaires:

Corto a dit…

Ah ben ouais ! Il fallait bien ça !

Mais je ne te dirai pas qui tu es ! Ca fera l'objet d'un sondage : "à votre avis, lequel est Corto, lequel est L ?"

Corto a dit…

Mine de rien, ça fait rire rien qu'à les voir !

Corto a dit…

Ca y est, j'ai corrigé la minuscule ptite faute de frappe...Ralala...

Marc a dit…

Ah très bien !
Je vois que la résistance s'organise ici, car devant la recomposition des vaisselles il faudra une certaine fermeté intellectuelle (la poésie ? Il semble en effet qu'elle soit passée par pertes et profits). Quant à la philospohie, plus précisément la branche "sciences humaines" et qui ces derniers temps a donné d'exceptionelles productions ("Bourdieu le haineux", seul Scheiro le Mulot pouvait trouver une aussi puissante pensée) il semble qui sa revendication d'objectivité fasse cependant les frais d'une nouvelle théorie du complot (théorie du mulot, comme vous l'aurez compris).
Co-bloggeurs de France (con-blogguers dira la nouvelle science) unissons-nous. Dîtes, reste-t-il des place sur la banquette ?

Corto a dit…

Ouais, bien sûr qu'il y a de la place. Les seules règles c'est :

- avoir un âge indéterminé qui dépsse a minima les 120 ans,

- ne pas être trop raide de la nuque pour pouvoir te pencher sans te faire d'horribles torticolis,

- ricaner, ricaner, ricaner, etc...

Plus quelques autres règles que j'ai oublié...

Ah et au fait : alors Corto c'est lequel des 2 hein, hein ?

Corto a dit…

Pifou...Je suis le prince de nonpareil de la faute de frappe moi aujourd'hui !

Marc a dit…

Premier sujet de sociologie à étudier : l'effet crac-boum-huuu de père Ubu.

Comment peut-il écrire "vas te faire mettre" à l'amie d'une fille dépressive après avoir moqué les propos de cette dernière qui prenait du Prozac (la moquerie se basait entre autres sur une toute récente étude citée cette année dans Le Monde. Chez père Ubu, cela devient "il est connu de longue date que le Prozac est un placebo". Ah science humaine quand tu nous tiens !).
Donc comment peut-il écrire des horreurs pareilles tout en conservant la sympathie et de la dépressive et de son amie ?
De plus il a maintenant comme bras armé une doctorante en philosophie en phase de soutenance de thèse (si j'ai bien compris) qui semble lui avoir fait allégeance (il faut dire, ils semblent voisins et c'est lui qui répare son ordi) et qui semble prête à justifier toutes ses "dérives méthodologies" (appelons ça ainsi dans notre grande mansuétude). Argumenter dans ces conditions revient pour le vulgus pécus à marcher sur des oeufs déja cassés ! Evidemment Daniel, le PDG, ne comprenait pas l'attrait de Flybird pour père Ubu mais ceux qui auront lu "bad boys" comprennent mieux.
Bref, il a l'amour au corps mais il reste quand même à comprendre l'effet crac-boum-huu de Père Ubu.

Marc a dit…

je voulais dire : dérives méthodologiQUes

Corto a dit…

Naaaan. La vraie question ce serait plutôt : pourquoi et comment certain(e)s gobent-ils/elles ses conneries ? Il s'agit malheureusement là d'un problème qui dépasse de loin une simple analyse sociologique. Comment les sciences dites "humaines" pourraient-elles d'ailleurs expliquer quoi que ce soit dans ce cas ?

Corto a dit…

T'inquiètes de toutes façons j'avais pas lu jusque-là.

Marc a dit…

Ach, Père Ubu n'a donc pas tort à chaque fois, espèce d'illettré !
(pour les 3 conditions, je les remplis toutes !)

Marc a dit…

@ L. : tu peux changer le disque stp ?
Et puis je crois aussi en la chanson populaire, en ce moent chez moi j'écoute Linda Lemay : excellent !

Marc a dit…

Ah et qu'on ne s'y méprenne. Quand j'ai écrit plus haut à propos de Père Ubu "il a l'amour au corps", il n'y a aucun sous-entendu (mais les gens profitent si vite de la moindre branche pourrite quand il s'agit de se raccrocher à que'qu'chose) c'est juste une référence à un passage drôle du Faust de Goethe.
Dites, j'ai de la culture moi et j'y tiens !

Marc a dit…

@ L. c'est une vraie requête présentée avec humour.

Pour ton analyse, je suis tout à fait d'accord, tu vois quand tu veux, tu sais écrire des trucs pertinents ! (mais je n'en ai jamais douté. Pour un certain nombre d'autres choses, je parle des débats qui avaient eu lieu sur le blog d'Albertine, je continue à donner raison à Albertine, mais là, tout a déjà été dit!)

Pour tes posts chez Père Ubu, ben ça ne m'étonne pas que tu le fasses, je l'avais dit, tu es sentimental. Corto, lui, est pragmatique :-DD

Corto a dit…

Bande de vieux.

Marc a dit…

@ L. : ben alors, t'aime vraiment pas Linda Lemay ou quoi ?

Marc a dit…

Ce que je constate c'est que personne n'a compris ce que j'avais écrit quand j'ai mentionné Boileau.

Dans L'Art poétique il y a un passage où il décrit les vrais amis littéraires qui ne sont pas les flatteurs.
Cela ne date pas du tout, bien au contraire, avec les blogs et sites "littéraires", cela est de la plus vive actualité

Marc a dit…

c'est ça aussi la culture et la philo, ça aide à mieux comprendre

Corto a dit…

C'est pas à moi qu'il faut parler de la beauté de la culture, c'est plutôt à l'autre vieux.

A titre personnel je suis féru d'histoire et d'art, ce qui me fait tout un bagage absolument inutilisatble quand je discute avec ce blaireau.

Mais ça ne m'empêche pas d'être absolument d'accord avec lui quand il affirme que l'Art n'existe pas (c'est même la première chose qu'on apprend en Histoire de l'Art, paradoxalement).

Le problème c'est que culture et philosophie peuvent être utilisés par certains pour justifier tout et n'importe quoi (je ne prendrai même pas la peine de donner un exemple, on en a déjà plein) et qu'on entre très facilement (surtout sur le net) dans un cycle sans fin de discussions où chaque avis, pour peu qu'il soit argumenté, est équivalent à tous les autres. Comme on ne voit jamais ni début ni fin, le discours devient une finalité en soi.

On ne cherche même plus l'intention derrière les mots puisqu'ils sont les seuls à avoir de la valeur. L'exemple type c'est ce qui s'est passé avec le "prozac". Pépère balance une saloperie que tout le monde interprète comme telle (tout le monde !) et puis il arrive en disant "je n'ai pas voulu être monstrueux", du coup on en vient à se dire "il n'a pas voulu être monstrueux...", puis "il n'a pas été monstrueux", et enfin, "ce sont tous les autres qui sont monstrueux"...

Pas la peine d'avoir lu toutes les oeuvres philosophiques depuis Platon pour voir ça : il suffit d'un tout petit peu de recul et de jugement...(raisonné ?)

Corto a dit…

Pour résumé : culture et philosophie ça aide à comprendre à condition de savoir s'en servir...

Marc a dit…

Oui Corto, mais dit comme ça c'est déjà très différent.
L'Art (ou l'Oeuvre Absolue)n'existe pas mais certaines oeuvres traversent les siècles (d'autres aussi et sans le même mérite mais pour d'autres raisons et d'autres qui méritent sont oubliées, d'accord mais ça ne remet pas en cause la première proposition, même si on relativise certains critères). Par ailleurs si l'Oeuvre Absolue n'existe pas, L'Idée de l'Art (au sens platonicien) ne s'effacera jamais complètement.

La Philosophie Définitive n'exsite pas (pas encore, et je ne me prononce même pas sur le fait de savoir si elle peut ou non exister, c'est justement un problème philosophique) mais il y a un ensemble de questionnements et de pensées profondes qui, d'une certaine manière et selon certains contextes que l'on pourra qualifier de relatifs, ce qui toutefois n'annule pas la chose , s'imposent à l'esprit. Bref la philosophie, comme mouvement de la pensée humaine, existe bel et bien et a produit des oeuvres. Il serait stupide de vouloir balayer tout ça d'un revers de main et c'est essentiellement une construction dialectique.

Corto a dit…

J'ai dégoté un blog qui devrait vous faire sourire ! J'attends de voir un peu ce que ça donne et si c'est sympa je le mettrai en lien

Corto a dit…

Bien sûr qu'il y a des oeuvres intemporelles. Mais la notion d'Art apparaît et disparaît par à-coups au fil de l'Histoire. Généralement, elle s'accompagne de l'idée de valeur marchande (dont les galeries d'art au 20ème siècle ne sont que des aboutissements modernes). Prends l'Art Grec : à l'origine il s'agit d'oeuvres exclusivement dédiées aux dieux dont la valeur ne tenait absolument pas à la beauté ou à la qualité. Ainsi à Athènes, la vieille statue en bois "toute pourrie" d'Athéna, avait une valeur (religieuse) bien plus importante que la grande statue en or et ivoire de Phidias que tout le monde admirait. Au temps de Platon, l'oeuvre d'art avait déjà acquis une valeur différente, plus marchande, et du coup on en est venu à établir des critères artistiques pour comparer les oeuvres entre elles (les canons) ne serait-ce que pour savoir ce qu'il valait mieux vendre que détruire...
A mon sens pour que l'Art soit réellement une notion universelle (dans le temps et l'espace) il faudrait que l'intention initiale soit toujours la même. Or ce n'est pas le cas. Entre une statue funéraire destinée à accompagner le défunt pour l'éternité, et une statue commémorative exposée en place publique, les intentions sont très éloignées. Peut-on parler d'Art dans les deux cas ? Les peintures murales de Lascaux et les peintures de Picasso ont des points communs... Peut-on dire qu'il y pour autant une conception commune de l'Art ? Ceci dit en sachant que nos ancêtres avaient la même faculté de conceptualisation que nous, ce n'est pas le problème ! Le problème c'est que nous ne connaissons rien de leur esprit ou de leur langage, ce qui nous interdit à jamais d'aller au-delà de l'interprétation basée sur nos propres schémas de pensée.

Finalement c'est l'oeuvre humaine, artistique ou non, qui a une valeur absolue et universelle. La notion d'Art vient se surajouter à l'oeuvre mais ne lui est pas consubstantielle.

Corto a dit…

Oui non parce qu'on parle beaucoup d'Art, mais sans exemples, c'est passer un peu à côté du sujet.

Corto a dit…

Il va aussi falloir que je sorte l'analyse de mon dernier sondage et que je lance le prochain...

Des suggestions ? Intelligentes si possible.

Marc a dit…

Enfin L. dernière chose de ma part sur ce sujet :
Albertine, elle, a toujours répondu sur son blog en s'investissant beaucoup et avec tout le monde, même plus, en s'adaptant à chacun.
Je la comprends parfaitement qu'elle se soit personellement sentie agressée par le ton de galéjade que tu as systématiquement utilisé. C'est toi qui a ainsi tué la discussion.
En fait tu n'as pas du tout voulu tenir compte d'elle ni de ce qu'elle était. Que tu prétendent écraser l'Art et la Philosophie est une chose, que tu veuilles aussi brutalement et irrespectueusement imposer tes idées en est une autre, Albertine ne méritait pas d'être ainsi traitée.

Là, pour moi, il y a eu un gachis énorme, je ne peux pas t'approuver L.

Corto a dit…

Moi non plus L, je ne peux pas t'approuver. Mais ça c'est pas nouveau.

Corto a dit…

En même temps, c'est encore une fois tenir d'avantage compte de la forme que du fond !

Est-ce que parce que scheiro respecte les formes (du moins dans ses justifications), il respecte les gens ? Je ne répondrai même pas.

Est-ce que parce que j'écris toujours (ou presque) des trucs apparemment plus gentils qu'Anonyme je SUIS plus gentil que lui ? C'est pas évident.

Corto a dit…

T'entends machin ? T'es un troll !! Tu vas pouvoir demander Audrey en mariage.

Albertine a dit…

Merci Marc,

Franchement, grâce en partie à toi, je me dis que ça valait quand même le coup...

Ce qui me rend le plus triste, c'est que je voulais tout sauf faire un blog pour "spécialistes" ou pour "intellos", j'ai vraiment, vraiment essayé de faire quelque chose de "vivant", quelque chose qui ne pouvait pas tomber sous le coup de l'alternative trucs pour intello / trucs pour pas intellos... J'ai vraiment essayé de mettre de mon meilleur et de le faire de telle manière que cela soit accessible à tous à la seule condition qu'ils aient un tout petit peu d'intérêt pour des choses graves et qui importent (désolée, mais je le pense, je ne sais pas comment le dire autrement en deux lignes), sans, justement qu'ils s'en sentent exclu par le ton, le vocabulaire, etc. Parce que c'est aussi comme ça que je les vis.
J'ajoute que c'est aussi ce qui est le plus difficle et que ça m'a demandé énormément de temps et d'efforts - ce que j'ai fait avec beaucoup de plaisir et d'intérêt, hein, ce n'est pas pour nier cela... - justement de le faire ainsi parce que c'est très très difficile justement quand on est "en plein dedans" et que la plupart du temps on ne discute qu'avec des "spécialistes" ou plutôt des gens rompus à la chose, qui y sont habitués (mon mari pour prendre le cas le plus fréquent de discussion fait aussi de la philo, quand nous discutons ensemble, il y a donc un très grand nombre de choses que nous n'avons pas à expliciter pour nous comprendre et avancer, de même, que les procédés inacceptables en discussions sont toujours tacitement reconnus entre nous...). J'ai voulu me jeter dans l'arène, ça m'intéressait de le faire, je me suis dit que je pourrais peut-être aussi apporter à certains (même modestement hein), leur faire voir certaines choses différemment, et c'était surtout les "désabusés" à cet égard que je visais, précisément parce que je pense que les choses sont couramment mal présentées... J'y est honnêtement mis beaucoup de moi, beaucoup de temps et d'énergie (ce que je ne regrette absolument pas bien sûr), j'ai voulu le faire sans prendre les gens de haut même pour ce qui est du "tacite" (par le vocabulaire, l'elliptique du propos, les clins d'oeil bien entendu pour les gens qui s'y connaissent, etc., etc.) et... encore je me fais traiter de méprisante ou... pire, on dirait ici que si je vous avais "écrasé de ma science" vous vous la seriez fermé... c'est quand même hallucinant !

Ce n'est quand même pas toi Laurent (ou L. pardon puisque tu trouves Laurent trop familier) qui va m'apprendre la différence entre philosophie et "babillage intellectuel" ! C'est tout de même un comble, pardon de le dire ! Je sais bien d'ailleurs que ça va simplement servir à nourrir vos discours sur "ha, les prétentieux, blablabla"...

Moralité, faut croire qu'il faut prendre les gens pour des cons, les traiter de haut, c'est tout ce qu'ils veulent, comme ça ils peuvent continuer à répéter leur sacro-sainte croyance en l'existence d'une domination de l'"élite" sur la "populace" pour justifier qu'ils ne fassent pas d'effort et continuer à caqueter...Pire encore, on dirait que tout ce qu'ils attendent, c'est de voir cette croyance confirmée par un biais ou par un autre pour pouvoir continuer... On se demande pourquoi d'ailleurs : vivez comme vous l'entendez, pourquoi passer son temps à justifier sa manière de vivre et à faire chier les autres qu'on s'imagine se posant sur un piedestal si on est en accord avec elle ? Il est où le combat ? Vous êtes tout à fait à côté...

A vrai dire, je ne sais même pas pourquoi j'écris ce commentaire... Je sais bien que ça ne va servir qu'à nourrir de nouveaux quiproquo. Pas grave finalement... franchement, j'aurais essayé et je recommencerai sans doute, peut-être par d'autres moyens...

Bref, en tous les cas et très sincèrement, mes meilleurs souhaits pour vous.

Albertine a dit…

(Désolée pour le "supprimer" : fausse manipulation, j'ai envoyé le commentaire deux fois et désolée aussi pour les fautes de frappe et d'orthographe...)

Corto a dit…

Quiproquos, quiproquos.
Ben oui. C'est comme ça.
On serait tous autour d'une table de restaurant peut-être que tout ça aurait été réglé avant d'arriver à l'addition.

J'ai vraiment pas l'impression qu'il y ait eu mauvaise intention d'un côté ni de l'autre mais ce sont des choses qui arrivent j'imagine. Paradoxalement, il est possible que la controverse prenne moins un tour personnel quand on est face à face. La dématérialisation de l'échange virtuel fait qu'il est très difficile de percevoir certaines choses, quelle que soit notre "habileté" à les exprimer.

En tout cas, à titre personnel j'ai beaucoup apprécié le délire du week-end dernier, et sur mon blog (qui ne prend hélas rien au sérieux, pas plus moi que le reste de l'univers), tu as largement gagné ta place !

A bientôt peut-être, sous ce pseudo ou un autre, loin de toute polémique, et si le coeur t'en dit.

Corto a dit…

Et, Albertine, pour le coup des ptits vieux des Muppets...Merci parce que je n'y avais jamais pensé mais c'est vrai que ça correspond à 150% !! Et là encore sans moquerie ni rien ! Tu as un bon sens de la parodie.

Corto a dit…

C'est tout de même plus sympa que Lustukru ou trouduc décérébré !

:-)

Corto a dit…

Ceci dit, tout ça n'aurait peut-être pas tourné de la même façon si bidule n'avait pas en tout et pour tout que trois mots de vocabulaire dans sa besace. Pour exprimer des idées "complexes" ça pose parfois des problèmes. C'est ça aussi quand on fait des études de lettres ! Heureusement qu'il a pas fait sciences du langage !

Corto a dit…

Enfin je dis tout ça mais si ça se trouve tu n'en liras pas la première ligne. M'enfin, c'est l'intention qui compte pas vrai ?

Corto a dit…

Eh machin ! T'as pas trouvé la sortie du théatre ? Ou alors tu es mort dans ton fauteuil ?

Corto a dit…

3 blogs à ton actif ! Ca va commencer à se voir ! Tu vas finir par être repéré par le Groupe CHAOS qui voudra mettre un terme à tes activités de blogkiller !

Corto a dit…

tu devrais faire attention de ne pas trop prendre ce genre de choses à la légère mon ptit vieux ! Ce sont des gens...dangereux.

Corto a dit…

Le mien d'incipit il est assez clair Professeur Coeur de Nougat ?

Corto a dit…

"Salut !"
C'est ça ?

Corto a dit…

"Qui dépend de la seule volonté ou de l'appréciation personnelle, la plupart du temps sans que la justice ou l'équité soient prises en compte.
Qui dépend du caprice de quelqu'un."

Oui c'est bien ce que j'essaie de t'expliquer. Ce n'est pas tout à fait le bon terme. tu en fais une affaire personnelle espèce de tâche ? J'espère que non parce que ça me peinerait de me fâchet avec toi crétinerie incarnée ! Franchement.

Corto a dit…

Le problème est-il de savoir par qui et comment les règles ont été édictées ou bien qu'il existe des règles ? Je veux dire : si 100% des humains passés, présents et futurs votaient à l'unanimité les règles définissant l'Art, elles ne seraient pas arbitraires, et ça ne voudrait pas dire que l'Art existerait pour autant autrement que comme un concept humain. Quand tu dis "arbitraire" tu sous-entends que le problème est que c'est une minorité ("élite" ou non) qui définit ces règles. Du coup ça déforme ton argumentaire.
A mon avis.
Sans même parler des galéjades.

Albertine a dit…

Allez, dernière :-) (=> faudrait pas déroger à la tradition du smiley quand même ;-))

@Corto : Merci pour l'invitation mâtelot ! Il est très possible effectivement que je revienne te lire : j'ai toujours grand plaisir à venir ici, j'aime beaucoup ton blog, m'y suis bien amusée et il me fait toujours rire (à propos, le dernier billet est excellent :-D).
Sur le reste, il y a de toute évidence des malentendus, mais il serait bien trop long de les lever et... puis ce n'est pas bien grave à vrai dire...
Bref, bref (oui, oui, j'ai toujours aimé les "bref, bref," peut-être parce que je suis toujours très longue...), bonne route mâtelot et que la mer et les vents te conduisent à bon port !

@L. : Comme d'hab', tu ne comprends rien à rien. Mais bon, j'avoue que je n'attendais pas vraiment autre chose... Le blog, je regrette, mais tu ne l'as pas connu, tu as d'avoir toi-même reconnu lire souvent en diagonales (ça se voyait d'ailleurs beaucoup dans tes commentaires de réponse...). C'était d'abord et avant tout un blog de détente (mais rien n'a dit que la "détente" ne puisse aussi donner lieu à des choses sérieuses et qu'elle ne mettait pas aussi des choses sérieuses en jeu) avant que ça ne s'infléchisse un peu (même si pas totalement quand même) sous l'effet des réactions des uns et des autres et des rapports de force autour. J'en profite d'ailleurs pour corrigé un peu ce qui est très très ambigu dans mon précédent commentaire : ce blog n'était pas celui d'une "missionnaire", je n'ai jamais vécu les choses comme une "croisade" anti-cons ou anti-méchants, etc., etc.
On a bien rigolé sur ce blog, on a bien "partagé" aussi comme tu dis et certains m'ont apporté beaucoup. Seulement une chose est vraie - et là est le travers de "posture" dans lequel je reconnais avoir versé et c'est entièrement de ma faute - : on ne discute jamais qu'entre amis, c'est une condition sine qua non de la discussion. Il y a certaines interventions que je n'aurais absolument pas du prendre en considération, que j'aurais du tenir pour nulle et non avenue, afin de ne pas donner précisément des allures de blog-mission à ce blog... Parce qu'enfin, précisément, cela aurait trié les gens de soi et au lieu de discuter dix ans sur des trucs complètement inintéressants ("l'AAAAAArt ou la PPPPPPhilosophie existent-ils ?"), on aurait pu continuer, comme ça a été le cas avec la plupart, de parler réellement, de s’amuser, de prendre plaisir avec à discuter sur des choses qui ont du sens, plutôt que de verser dans le café du commerce qui croit faire de la métaphysique sans s'en donner les moyens et dans de mauvaises conditions...

J'ai eu tort (quoi que, pas toujours cela dit) de prendre le temps de commencer à répondre si longuement à des choses manifestement si mal posées. Te concernant, la vérité c'est qu'il faudrait prendre beaucoup de temps, avoir beaucoup de patience et une réelle amitié pour répondre pas à pas à ton discours sur l’art (sans te froisser encore ! chose fort difficile parce que tu pars d'une posture en réalité assez véhément qui se croit appuyée par ta formation... Sincèrement, je crois que dans ton cas, les études de lettres t'ont pourri la tête plus qu'autre chose : croire que soumettre un discours à l'analyse, c'est repérer les champs lexicaux, c'est quand même catastrophique ! de même le rapport que tu sembles aux "mots" est totalement corrompu, tout fonctionne dans ta manière de comprendre un discours par amalgame et association), lever une par une les confusions (conceptuelles, hein ! je ne m'occupait pas de "lettres" en l'occurence) que tes discours contiennent, tout mettre à plat, chercher à voir par où et pour quelle raison (i.e. quels préjugés tu prends pour principes, les fautes de raisonnement faites en chemin, etc.) tu fais telle ou telle association, reprendre les préjugés uns par uns - tout cela demanderait énormément de temps, il faudrait aussi y avoir intérêt : ce sont des choses que l'on ne fait qu'entre amis... Sans compter cela que tu te crois toujours tout seul, que la posture par laquelle tu attaques le discours est extrêmement grossière (au sens de "frontal", de celui qui ne voit pas les nuances, pas au sens d'une question de politesse), que tu aies convaincu de tout comprendre d'avance sans prendre en compte le discours particulier qui était tenu (normal, puisque tu viens objecter sans avoir lu cela dit...)... Enfin bref, ce n'est pas mon problème et je désespère de toute façon de me faire entendre — enfin non, je ne désespère pas, je m’en fous assez. Juste pour que les choses soient une dernière fois à peu près dites, “pour la forme” comme on dit. Mais c'est vraiment que l'image de petit coq te va assez bien.

Enfin bon, tout ça pour dire que si, je suis désolée, mais c'était vraiment des "délires" (en plein de sens d'ailleurs), mais qu'il y a des gens avec qui on ne délire pas, le rire ne peut être commun et l'amusement non plus, parce que les "rapports aux choses" (je ne sais pas comment dire) sont tout à fait différents…

Quant au rire nietzschéen, mon petit coco - un peu d'ailleurs pour les raisons à moitié dites ci-dessus -, tu peux bien croire comprendre parce que tu y reconnais un mot, mais t'es pas près de rire de cette manière vu ta manière de prendre les choses... C’est tout la différence entre rire et ricanement (celui de la servante, dans le Théétète, ça te dit peut-être quelque chose ;-)…) Pour donner peut-être une idée même si ce n’est pas exactement la même chose, ça ressemblerait plutôt au rire et à l’amusement de Spinoza (paraît-il) devant des combats d’araignées, ou encore au rire de Gandalf devenu “Gandalf the White”… (oui, oui, moi aussi j’ai des références et j’ai trouvé la trilogie de Tolkien excellente… je l’ai même lue plusieurs fois ;-))

Albertine a dit…

@Marc : Je reprends un peu, tout de même, mon propos et précise certaines choses par rapport à ce que tu as dit ici : sur Scheiro, il y a bien entendu des incompréhensions évidentes que ces discours manifestent encore. Mais bon, ce n’est pas moi qui vais les lever, je pars aussi en partie en raison de ces histoires de “camps” et incompréhensions qui m’empêchaient de pouvoir tenir mon blog comme je l’entendais et en ont infléchi la ligne. De toute façon, je crois que cela arrange tout le monde que ces mécompréhensions soient entretenues : Scheiro parce que comme ça vous n’allez pas l’emmerder, qu’ils se fiche de passer pour un “gros méchant” et que ça évite de longues conversations tout à fait stériles (parce qu’à la fin, s’il y a des choses à discuter, ce n’est pas cela), vous parce que comme cela vous pouvez dire que c’est un gros méchant et jouer les gentils indignés… Je relève simplement parce que les propos sont assez insultants pour Juliette, pour Lara, pour Flybird, pour BBL (qui n’est pas du tout « son bras armé » ! ce n’est pas une question de guéguerre, encore moins d’“allégeance” (tu as lu BBL quelquefois a à l’air de la soumise à qui que ce soit !) je crois vraiment qu’elle a autre chose à faire — BBL qui, en passant aussi, ne fait pas de philosophie mais va prochainement soutenir une thèse en psychanalyse…) ainsi que pour moi. Faut vraiment prendre les gens pour des cruches ! Ce n’est pas parce que vous n’y voyez que de l’agressivité et de la méchanceté gratuite que c’est le cas… Mais bon, passons comme j’ai dit, sans doute est-ce bien ainsi.
Ensuite, désolée Marc, je sais que c’est en toute amitié que tu présentes les choses comme cela, mais je n’ai jamais demandé à personne de prendre en considération “ce que je suis” (qui le sais d’ailleurs ce que je suis et qu’est-ce que ça peut me faire en ce cas, ça concerne un autre rapport) ! Ce n’est pas en regard de “ce que je suis” que l’attitude discursive de L. était déplacée, c’est parce que c’est l’attitude du gars qui veut faire le malin sans avoir à faire d’effort pour réfléchir un peu parce qu’il croit déjà que sa position est très maligne (Monty Pythons, Meaning of life, Acte je ne sais plus combien : « Death » => “You american, you talk too much” pour la bonne femme qui se croit très maligne en demandant comment il est possible que tout les convives meurent en même temps et en clignant de l’œil (oui, oui, comme dans Zarathoustra…) — bon, si vous n’avez pas vu le film, laissez tomber, c’est très drôle cela dit… En gros et pour ce qui nous intéresse un mélange d’“attitude raisonnante” et de “savoir immédiat” (= « je suis très génial et trop malin hi hi hi… et la bouillie de mon cœur et de mes bons sentiments doit valoir sur tout »), c’est à l’égard de la discussion qu’elle est pourrie… J’ai eu tort de ne pas répondre plus vite plus sèchement, j’ai eu tort de répondre tout court peut-être (facile à dire après… parce qu’il y avait tout de même un problème qui pouvait peut-être être posé et soulever, c’aurait pu être intéressant, mais mauvaise évaluation de ma part sur les conditions nécessaires à ce que ça le soit…) — là aussi, problème d’infléchissement du blog sans doute je crois, je n’en ai pas mesurer tout de suite les conséquences… Bref, tout ça pour dire, ce n’est en aucun cas d’abord un problème de se sentir agressée ou quoi personnellement : je sais tout de même dans quel monde je vis, mais en l’occurrence, j’ai mal évalué les choses en continuant à répondre et en pensant qu’il était possible de discuter quand L. (comme dans la plupart des échanges où il était aussi l’un des protagonistes principaux, je pense à celui auquel a donné lieu le billet de Pub&Co “Malaises sociaux” où il s’est plutôt ridiculisé mais continue à crier victoire et à jouer les victimes des “méchants” — bon, même s’il y a sans doute des questions de “formes oratoires” pas toujours respectées, mais, honnêtement, je comprends aussi que ça puisse conduite à cela les caquètements…) ne parle que pour défendre ses “credos” — c'est-à-dire qu’il ne discute pas, ça ne l’intéresse pas de discuter, il veut faire valoir des choses pour justifier ces trucs, au lieu de les faire tranquillement comme bon lui semble (mais là aussi, je pense que les études lui ont pourri la tête, enfin, la manière dont il les a prises…) et ne comprend jamais rien aux objections qu’on lui formule ou en tout cas répond en manifestant chaque fois plus d’incompréhension ou avec une mauvaise foi évidente…
Bon, si j’avais lu cela avant, c’est sûr, je m’en serais tenue à une réponse très sèche (ça lui aurait suffit pour continuer à jouer les victimes, à se croire “le plus malin” et dénoncer les méchants sans cœur, élitistes et blablabla et moi ça m’aurait moins pris la tête). Ca m’apprendra à prendre en considération ce qui ne doit pas l’être… Entre ça et les histoires de guéguerre qui ont créé des tensions et des prises à parti que la suite n’a pu lever (je m’en doutais un peu, mais j’espérais que ce serait tout de même possible), le tout sur fond d’incompréhensions et de malentendus, ça fait effectivement que le “ton” du blog ne pouvait être maintenu, donc… basta !

Voilà, je ne sais pas pourquoi je me sens encore obligée de m’expliquer ici, mais je sais que, précisément, le fait que je m’y sente obligée montre encore une fois que j’ai bien fait de supprimer ce blog et d’arrêter de blogguer…

Albertine a dit…

Tiens :-D !

(J'entends déjà le truc : "Ah, elle se prend pour la mort maintenant, blablabla"... Pourquoi j'ai l'impression d'être dans un épisode de Kaamelot parfois ?)

Albertine a dit…

Ah, et tiens, L. pendant que j'y suis et parce que je viens juste de le voir : c'est mignon, mais de même que tu ne vas pas m'apprendre ce qu'est la philosophie, ni ce que c'est que questionner, ni l'"ordre des raisons", ce n'est pas non plus à moi que tu vas apprendre la différence entre contraire et opposé (tiens, je t'en ferai lire de la Science de la logique moi, c'te blague !!!).
Tu ne sais pas t'exprimer et tu ne comprends pas ce que tu dis (alors de là à comprendre les autres, surtout quand on est toujours déjà persuadé d'être le plus malin et d'avoir fait le tour de tout...) ... ne te plains pas après...

Et... j'ai vachement besoin de Scheiro pour savoir à quoi m'en tenir sur moi... D'ailleurs il n'y a que toi pour te poser des questions aussi con que "Suis-je intelligent ?" mais surtout, "le verra-t-on ?"... Enfin, chacun sa merde...

Ca ne te pose aucune question sur ta manière d'aborder le discours de te faire rabaisser le clapet toujours à peu près de la même manière et pour les mêmes raisons ?
Ah mais oui, c'est vrai, perdon, c'est parce que les élitistes y sont méchants...

Marc a dit…

@ Albertine : Il y a des choses qui m'attristent un peu (beaucoup en fait !) dans ton message.
Ton point de vue général est bien sûr intéressant à connaître et sur mes propos insultants, je vais conclure que je me suis pris les pieds dans le tapis en croyant faire de l'ironie. Si de plus tu l'as ressenti personnellement, je te présente mes excuses (puisque c'est essentiellement à toi que je m'adresse)

Mais tu parles de "camp", or si je me retrouve souvent seul dans ce genre d'affaire c'est parce que justement je ne choisis pas, je n'ai pas choisi, de camp ! J'ai critiqué L. quand j'estimais devoir le faire, j'ai eu aussi parfois des mots durs envers Flybird mais les gens qui ont suivi certains débats savent aussi que j'ai parfois modéré les propos en sa faveur.
Bref contrairement à ce que tu dis, si je me réserve certes le droit aux amitiés individuelles, je ne fais partie d'aucun camp et le "vous" que tu emploies à plusieurs reprises m'est très désagréable. Surtout que tu sous-entends que "nous" caquetons ici dans ton dos ! Ah bon quand ça et où ?
C'est faux de dire que les mécompréhensions m'arrangent car j'ai plusieurs fois tendu la main à Scheiro et il a craché dessus (évidemment, de là à se la boucler c'est encore une autre histoire)

Concernant les débats sur Pub & Co (tu y fais référence) en fait il faut bien comprendre que si on y trouve une diversité d'intervenants avec leurs forces et leurs faiblesses, eh bien c'était tout à fait mon objectif d'en faire un espace d'expressions plurielles autour de quelques thèmes. C'est à dire que je publiais ce qu'on m'envoyait, en fait je n'ai jamais dit non à personne. Vers la fin de "Malaises sociaux" je propose même à Scheiro de faire un post avec une de ses interventions mais il aurait fallu enlever d'abord les remarques purement polémiques et je ne vois pas pourquoi ça aurait été à moi de faire ce travaille et de recomposer son texte.

Bref, dans le fond Ionesco avait raison, dans Rhinocéros, Bérenger à la fin se retrouve absolument tout seul !

Corto a dit…

Et pendant ce temps, les shadock...

Vous pouvez me dire à quoi ça vous sert de continuer comme ça ? On a bien compris que vous vous détestez alors mariez-vous ou bien abonnez vous à MSN pour poursuivre en direct.

Ca n'a pas plus de sens que feu ton blog Albertine (excuse moi mais tu t'es toi-même posé la question à plusieurs reprises à chaque fois que tu parlais d'abandonner alors je me permets de le dire ici sans aucune malice) ou que cette propension que tu as L. à toujours choisir la voie qui te fera paraître le plus odieux.

Que ce soit MOI qui appelle à un peu de sens...

Franchement c'est débile.

En tout cas vous pouvez tous les deux continuer à venir ici si c'est pour me poster des trucs sur les Monthy Pythons ou autre cuvée du même tonneau...

Mais si c'est pour être plus affligeant l'un que l'autre à chaque nouveau post ça ne vaut pas le coup.

Désolé Marc, je t'oublie encore mais j'y penserai la prochaine fois.

Corto a dit…

Et le fait que vous soyez aussi chiant et buté l'un que l'autre ne change rien à l'affaire !

Quelles plaies... Après on me dit "il est sympa ton blog mais on n'ose pas poster, on n'y comprend rien !"
J'ai beau dire que moi non plus, j'y comprends que dalle eh ben ça aide pas.

Belle brochette de mabouls.

Corto a dit…

Oui alors comme promis : toi aussi Marc tu es plus affligeant à chaque post, hein, sois rassuré. Tu es à mettre dans le même sac que les deux autres d......

Puisque tu avais l'air d'y tenir, c'est chose dite ! Chose promise, chose dûe, quoi.

L. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Corto a dit…

Tout ceci étant dit sans hargne aucune, vu que je suis juste écroulé devant mon écran. Je compte les points du tournoi de hambourg et ceux du blog et des fois je perds mon compte.

C'est Federer qui mène ou pas ?

Corto a dit…

C'est quoi ce "l" ?

Corto a dit…

Juste une chose quand même, j'ai failli oublier...
Pour ce qui est de scheiro : je ne le considère pas comme un "méchant" pas plus que je ne me considère comme un "gentil". On n'est pas dans un roman. Je ne vois de lui, et donc ne juge, que ce qu'il écrit. C'est tout. A part ça je ne le connais pas, mais si c'est quelqu'un de bien "dans la vie", je veux bien manger le bras droit de L (en vinaigrette) parce que je crois qu'on se conduit sur internet comme dans la vie. Tu es d'un avis différent, Albertine, et c'est ton droit le plus absolu (tu disposes peut-être d'infos top secret que je ne connais pas :-)))).
Ici ce n'est pas le camp des anti-scheiro c'est le seul endroit dans la blogosphère où on peut le critiquer sans se faire traiter de trouducul ou se faire censurer ses posts (c'est pas de la parano c'est du pragmatisme, comme dirait Marc, car j'ai expérimenté les deux). Et comme je suis un sale gosse, je prends un malin plaisir, je le reconnais, à taper à chaque fois qu'il déballe une saloperie. C'est un gros boulot parce qu'il y met du coeur mais j'essaie de suivre le rythme.

Là pour le coup il y a plus de hargne, c'est un fait. Mais, baste ! On ne peut pas toujours être gentil...

Corto a dit…

Ouiiiiiin... Je suis (presque) aussi chiant que vous maintenant ! Vous êtes plus contagieux que la coqueluche.

Corto a dit…

C'est nul d'avoir supprimé ton message ! Maintenant le mien perd tout son sens profond !!!

cornichonne a dit…

j'ai toujours pas trouvé le vinaigre....

Corto a dit…

Demande à Pépère ! Il en boit dès le ptit-déj !