dimanche 14 octobre 2007

La quête de ma vie

Bonjour

Voilà un moment que je n'avais rien publié sur mon blog. Ne croyez pas que c'était l'envie qui manquait, mais les circonstances de la vie m'ont obligé à m'éloigner de vous pour quelques temps. J'aurais évidemment préféré passer des heures devant mon écran plutôt que de devoir sauver...(petit temps de réflexion)

Et puis non ! Au diable les messages évasifs et les explications incomplètes. Je vous dois la vérité, l'entière vérité. Et puis ça me fera du bien d'en parler.

Voilà...

Je vous épargne les détails pour l'instant (ça fera surement l'objet d'un autre message) mais il faut que vous sachiez que je suis engagé dans une quête inclassable à la recherche de ma mémoire perdue. Il y a de cela plusieurs années, ma mémoire a en effet décidé de se faire la malle, ne laissant derrière que ce petit billet abscons : "je me tire pauvre naze ! débrouille toi sans moi et n'essaie pas de me retrouver !"

Je crus tout d'abord à une nouvelle facétie de sa part (elle a toujours été coutumière du fait), mais je dus rapidement me rendre à l'évidence quand, bloqué à la porte de mon immeuble, je me rendis compte que j'avais oublié le digicode...

Elle voulait que je la laisse partir de son côté ! Chacun pour soi, c'était dorénavant le credo. L'individualisme poussé à son paroxysme ! L'obligation de se lever tous les matins en se demandant qui on est, où on est, d'où on va et où on vient...Et une fois le café pris, l'obligation de continuer malgré tout, en se disant que tout ceci n'a pas le moindre sens.

Mais en emportant mes souvenirs passés, présents et futurs, ma mémoire ne m'avait pas arraché toute ma personnalité ! Elle faisait certes de mon esprit une constante page blanche, en perpétuelle réécriture, mais je conservai malgré tout cette idée tenace qu'il me manquait quelque chose, et la volonté pugnace de la retrouver.

C'est pourquoi je cours de par le vaste monde à sa recherche... Je la cherche à la télévision, sur le net, dans les journaux ou dans les livres, au cinéma...

C'est ainsi que j'appris il y a quelques semaines que quelqu'un avait aperçu un type bizarre se promenant dans les rues de l'ancienne capitale du Myanmar. Un individu correspondant exactement au signalement ! Mon sang ne fit qu'un tour et je pris le premier vol pour Yangon ! Arrivé sur place, je tombai au milieu d'une espèce de carnaval local, avec des processions de bonshommes tout d'orange vêtus et les crânes rasés. Peut-être s'agissait-il là de quelque manifestation de skinheads locaux, car je ne tardai pas à voir débarquer la police et les militaires. Un journaliste nippon qui passait par là, et qui parlait un peu anglais, me dit qu'il allait demander son chemin auprès d'une espèce de gendarme juché sur un char... Je suppose qu'il a eu son renseignement car je ne le vis pas revenir vers moi.

Je passerai sur les détails mais pour résumer : je fus interpelé par les forces de l'ordre et emmené pour interrogatoire ! J'appris qu'un homme me ressemblant pas mal (mais "plus classe" paraît-il) avait plus ou moins mis le feu à je ne sais quelles poudres en faisant un scandale à propos de boulettes de riz à 100$, et convaincant ses amis skinheads d'aller réclamer auprès des autorités parce que lui n'avait pas le temps... Et puis il était parti avec ses boulettes et personne ne l'avait revu...

Et voilà...J'étais encore une fois passé si près !

Vous comprenez maintenant pourquoi je n'ai pas pu venir sur mon blog plus tôt ? Ils n'avaient pas internet en prison là-bas !

Je vous raconterai plus tard comment j'ai réussi à m'échapper...

Merci de votre soutien et à bientôt.

28 commentaires:

Néo a dit…

Au moins, tu as suffisamment de mémoire pour te souvenir que tu n'en as plus...

As-tu noté ton évasion pour t'en souvenir avec autant de précision que ton voyage ?

Ou bien tu n'es peut-être pas dépositaire de ta mémoire : elle est peut-être en ce moment même aux mains d'un manipulateur qui te fais croire que tu as bougé de chez toi, alors qu'en réalité tu n'es plus qu'un légume affalé sur ton canapé, abreuvé de fausse télé-réalité mise en scène...

Méfie-toi donc de ta mémmoire : tes souvenirs ne sont peut-être pas les tiens...

Corto a dit…

Cher Matrix

Oui en effet, je tiens depuis quelques années un journal de bord régulier afin d'être sûr de conserver une trace de mes périples. Et je sais que c'est vrai puisque c'est écrit. Il faut être un peu logique et cohérent dans la vie vois-tu.

Quant à ma mémoire, il est évident que je ne suis pas dépositaire vue qu'elle s'est tirée avec l'argenterie. Faut suivre un peu là ! Et il est donc d'autant plus évident que je m'en méfie !

Et puis franchement : ton manitoupulateur là, il aurait été drôlement plus original en me faisant croire que je n'étais qu'un légume affalé sur son canapé...

Mais pour prolonger la mise en abyme (avec un y si si) : c'est quoi de la fausse télé-réalité ? Encore faudrait-il qu'il y en ait une vraie...

cornichone a dit…

moi je m'interroge...est-ce qu'un homme en caoutchouc peut vraiment penser?

Corto a dit…

Chère cucurbitacée

Juste une question : en quoi la nature caoutchouteuse du cerveau peut-elle nuire à la pensée ? Certains sont en éponge et on ne met pas en doute les capacités intellectuelles de leur propriétaire...

cornichone a dit…

nan, mais y'en a qui ont le cerveau lent...un pois chiche peut-il être en caoutchouc aussi dans les mangas? ou ne mangent-ils que du riz?

Corto a dit…

Chère concombre vinaigré

J’ai une certaine expérience en matière de cerveaux lents : j'en ai connu quelques-uns qui ne volaient pas bien haut (oui je sais, je sais, un esprit aussi affûté, ça impressionne, mais pour moi qui vit avec depuis toujours c'est devenu une habitude, je n'y fais même plus attention). Je vous parlerai un jour du cas de Audrey S. dont l’encéphale a largement assez de place pour vivre à l’aise dans un pois chiche ou dans un grain de riz…

cornichone a dit…

j'ai bien apprécié votre texte ceci dit! trèfle de plaisanterie, bel écriture!

Albertine a dit…

Bonsoir bonsoir Corto, ici l'"experte en appréciation de plume" (à prononcer èèèèèxperrrrrte es euprréciasssion de plouuume s'il-vous-plaît), la votre me paraît bien affutée, vous passerez donc haut la main le contrôle préliminaire et d'usage ;) ! Vous voici donc dans mes liens si cela ne vous déplaît pas.
En revanche, je constate une petite paresse à tremper ladite plume dans l'encrier ces temps-ci. Qu'est-ce que cela, trouvez donc l'ancre / l'encre matelôt ! Ceci est un ordre car, je me répète, vos écrits me plaisent fort :)...

Bien belle soirée à vous !

(P.S. : A propos de mémoire et d'écriture aussi d'ailleurs, connaissez-vous "Monsieur Plume" ? C'est, je crois, un ami de vos amis...)

Corto a dit…

Merci pour vos compliments Albertine. Je les apprécie à leur juste valeur, au même titre que votre clairvoyance : je cultive la paresse comme d'autres cultivent leur art ou leur philosophie ! Au point d'ailleurs que c'est devenu pour moi à la fois l'une et l'autre.
J'aime l'écriture d'avantage que le support et il me suffit d'en trouver un pour être heureux : mon blog n'est que l'un d'entre eux et mon amie Paresse, avec sa complice Amnésie, m'en éloignent souvent pendant plusieurs semaines.

Ceci dit je suis flatté que vous m'ayez ajouté sur votre liste de liens et j'espère que vous verrez d'un bon oeil que je fasse de même.

Quant à ce M. Plume, il devra se faire connaître car j'ai peu d'amis et mes amis en ont peu également. Les amis de mes amis ne sont donc pas légion ! Et, sans être tous mes ennemis, ce ne sont pas automatiquement tous mes amis. Mais si ce Monsieur vaut la peine d'être connu, et s'il a une écriture digne de son nom , peut-être celui-ci viendra-t-il figurer sur la, courte, liste de ces derniers.

A très bientôt

Corto

cornichonne a dit…

cette politesse polie cache quelque chose..méfiance, Albertine!
Corto est un brigand!

Corto a dit…

Que voulez-vous dire par là cornichonne ? Seriez-vous en train d'insinuer que je ne peux pas être poli sans arrière-pensée ? Je pourrais me vexer. :)

Astrale a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
cornichonne a dit…

j'espère bien que non!!

Corto a dit…

De toutes façons avec ma mémoire enfuie je ne me vexe jamais plus longtemps que je ne me fâche, c'est-à-dire vraiment pas longtemps.

Mais soyez rassurée car je n'ai pas pris la mouche !!

Astrale a dit…

maintenant que tu as le support, comme dit Albertine, nous attendons des écrits!! ;-)

Corto a dit…

Oh éhé oh hé ! Tu ne vas pas t'y mettre aussi Astrale !? Après Cornichonne et Albertine !

Albertine a dit…

Ah, mais Sieur Corto, votre mémoire disparue aurait-elle aussi emportée dans sa fuite cette connaissance sûre et certaine que les femmes sont insatisiables ?
Nous allons donc vous harceler tant que vous n'écrirez pas !

Quant à Monsieur Plume, je sais bien que les amis de mes amis ne sont pas nécessairement mes amis, pas plus d'ailleurs que les ennemis de mes amis ne sont mes ennemis - ni d'ailleurs non plus mes amis (je veux dire que mes amis ne deviennent pas nécessairement des ennemis parce qu'ils ont des amis qui sont entre eux ennemis - toutes ces propositions étant parfaitement réciprocables), mais il s'est en partie présenté dans un des billets de mon blog et je maintiens que vous devriez bien vous accorder sur quelques points au moins....

A bientôt matelôt, avec de nouveaux
écrits donc ;) !

Albertine a dit…

Et même "insatiables", pardon... Voyez : j'en perds mes mots !

cornichonne a dit…

bonjour capitaine...
alors, toujours rien?
allez, un effort!
bise vinaigrée

Corto a dit…

Mais heeeuuuuuuuuu !!

Albertine a dit…

Toc, toc, toc ! Y a quelqu'un ?

Bonne soirée et joyeuses fêtes Corto :) !

Albertine a dit…

Très bonne année à vous matelôt !
Espérons que les vents vous ramènent un peu sur ces rivages...

Corto a dit…

Quelle obstination ! Quel acharnement !
Merci Albertine.
Merci pour ces bons voeux que je vous adresse à mon tour en ce début d'année. Que vous souhaiter sinon, comme pour tous les humains, que mes projets de conquête du monde passent une fois encore sous le rouleau compresseur des habituels, et si prévisibles super-héros masqués ? Sinon, après ça, la santé, l'argent, blablabla...Mais ne vous étonnez pas si vous ne gagnez pas au loto : les pourvoyeurs de chance ont déjà fort à faire pour m'empêcher de mener mes ambitieux projets à bien ! Ach !

Le fait est que si je ne viens pas plus souvent (sur ce blog ou sur un autre d'ailleurs) c'est que je suis bien occupé. Ne parlons pas du..."travail" car j'évite les gros mots (je préfère les grands). Disons que mon esprit vagabonde et papillonne habituellement dans toutes les directions, ce qui laisse toujours une chance pour que je pense à mon blog (ou à autre chose). Mais je dois dire que depuis quelques temps mes pensées volettent toutes plus ou moins dans une même direction, entraînant avec elles le peu d'attention que j'ai pu avoir pour le monde qui m'entoure. Que ce soit consciemment ou inconsciemment, elles finissent toujours pas venir butiner à la même fleur qui les inspire ou les attire.
Et moi, moi, moi, eh bien je les accompagne pardi ! Comment faire autrement ? Peut-on aller dans le sens contraire de ses pensées ? (oups...je crains que bien des gens ne le fassent en fait...)

Mais je me soupçonne quand même de ne pas chercher à les retenir, voire même de les inciter grandement à voler vers les cieux qui leur plaisent car, par un heureux tour des choses, ils me plaisent beaucoup aussi, ces cieux là.

A bientôt donc chère Albertine, mais Blue sait quand...Et encore c'est pas sûr du tout.

Corto

cornichonne a dit…

Ah enfin un ch'ti effort pour au moins répondre! et l'Autre , Dieu, alias néo, il n'écrit plus non plus??
Style léger, suggestif, agréable...encore, on en reveut, n'est ce pas Albertine?

Albertine a dit…

Vi vi vi dame Cornichonne, je souscris entièrement à vos propos !
Pourtant, je reconnais que dans son habileté (sa malice ?) Sieur Corto nous propose une bien belle excuse à son absence car, que dire si ses pensées sont tout occupées par de plaisants objets et qu'il se doit de courir après ?
La maniaque obsessionnelle que je suis ("acharnée" disiez-vous Corto ?) comprends fort bien ce genre de raisons....
Cependant, faite effort tout de même ;) !

(Par ailleurs, merci pour vos voeux ! Mais.... moi qui comptais précisément sur 2008 pour gagner au loto...)

Corto a dit…

Eh bien !
Que dire ?
Je n'ai rien préparé, c'est une surprise pour moi...Je m'y attendais tellement peu.
Je tiens à remercier mon papa et ma maman, sans qui ma vie aurait sans doute connu un tour bien différent (quoique...)
Je remercie aussi mon (futur) éditeur (il se reconnaîtra) sans qui je n'aurais encore rien publié (comment ça je n'ai rien publié ?).

C'est un grand honneur, vraiment. Je suis très très très ému.

J'en reste sans voix et sans mots.

En un mot comme en deux millions : merci !

Astrale a dit…

reprenez la plume, cher Corto...vous lire nous manque....

Abbra a dit…

This is great info to know.